(Trait d'Union n°9, novembre 1999, p. 1)

EDITORIAL: Contre la réforme Bayrou-AllŹgre, une victoire qui en appelle d'autres !

 

GrČce aux centaines de signatures recueillies suite ą notre pétition contre l'application désastreuse de la réforme Bayrou sur Paris IV, une commission de scolarité a été réunie le 16 novembre.

Les élus UNEF ont obtenu : le maintien total de la compensation et le maintien de la capitalisation pour 1 an (premier pas avant une capitalisation totale), c'est ą dire jusqu'ą la prochaine réforme dont les rumeurs précisent qu'elle supprimerait la session de Septembre ( un nouveau pas d'AllŹgre dans la casse de nos études!), dans le cadre d'une semestrialisation pure et parfaite).

Le projet de la commission de scolarité doit źtre ratifié par le CEVU et le CA. Faites confiance ą nos élus pour se battre jusqu'au bout pour défendre les principes d'une pleine capitalisation.. Il sera donc prochainement acquis que l'ancien systŹme perdurera encore ą Paris IV :

-Conservation de toutes les notes d'une session ą une autre et d'une année sur l'autre en cas de redoublement : nous ne devrons donc pas repasser les modules acquis.

-Compensation des modules ą l'intérieur des UE, compensation des UE entre elles, y compris d'une session ą une autre : une moyenne générale de 10 continuera ą nous assurer le passage en année supérieure.

Par contre les conditions d'examens, définies par les conseils d'UFR ne sont toujours pas satisfaisantes et le tirage au sort des modules ą passer pour obtenir une UE toujours de mise dans certaines filiŹres comme la philo, l'histoire, etc.

C'est pourquoi les élus UNEF aux conseils d'UFR vont continuer ą se battre pour obtenir lą aussi des avancées. De plus, les maquettes, loin d'źtre satisfaisantes seront rediscutées avant la rentrée prochaine. Aussi, les élections aux conseils d'UFR qui se tiendront en janvier-février prochains seront-elles particuliŹrement importantes. L'UNEF Paris IV continuera de se battre pour l'année prochaine, et nous comptons sur votre soutien ą tous pour nous y aider.

On nous a donné satisfaction sur un point essentiel, mais la lutte continue et d'autres combats se profilent déją...

 

Sancia De Cooman

Présidente de l'UNEF Paris IV




Exonération des droits d'inscription: ce qu'il faut savoir (et qu'on nous cache soigneusement)

Les droits d'inscription, c'est cher, et mźme de plus en plus cher (Merci, Monsieur AllŹgre !). Mais tout étudiant a le droit de demander qu'ils lui soient remboursés, en raison de sa situation personnelle, par lettre au président de l'Université, en joignant tous les justificatifs nécessaires. D'aprŹs la loi, dix pour cent des étudiants non boursiers de chaque université peuvent źtre ainsi exonérés. C'est certes insuffisant, mais ća ouvre des possibilités, d'autant que beaucoup d'entre nous ne sont pas au courant (les 10% n'ont jamais été atteints ą Paris IV∑ faute d'un nombre de demandes suffisant !). L'année derniŹre, l'UNEF a obtenu plusieurs dizaines d'exonérations.

Si, sans źtre boursier, tu es dans une situation délicate, il faut tenter ta chance, et trŹs vite (ce sont les derniers jours pour le faire).La méthode la plus sěre est de passer au local de l'UNEF (Nous t'aiderons ą présenter ta demande et la transmettrons ą Monsieur Molinié, Président de l'Université. C'est la garantie qu'elle soit examinée)