(Trait d‚Union 12, 11 mars 2000, page 1)

Contre toutes les réformes AllŹgre, pour exiger les moyens d'étudier

MOBILISONS NOUS AVEC L'ENSEMBLE DE L'ÉDUCATION NATIONALE LE 16 MARS

Dans toute la France, la colŹre monte contre la politique que mŹne AllŹgre aprŹs Bayrou: au nom de la "modernité" (traduction: économies budgétaires ą tout prix) et de l'adaptation ą la vie réelle" (traduction: enseignement au service du patronat, plus de souci de formation réelle), la liquidation de l'Éducation nationale du primaire au supérieur.

Dans de nombreux lycées et collŹges, les profs protestent, et rencontrent le soutien des parents d'élŹves qui refusent la démagogie d'AllŹgre.

Enfin, ces derniers jours, l'enseignement professionnel s'est mis massivement en grŹve contre une réforme qui casse les statuts et livre les formations aux intérźts privés.

Et nous, dans tout ća ? Nous ne manquons certes pas de raisons de mécontentement. Aux réformes Bayrou-AllŹgre qui cassent nos études (prochaine en vue: la remise en cause du CAPES), s'ajoute le refus de l'État de prendre en compte la dégradation croissante de nos conditions de vie. Sur l'aide sociale aussi, le mot d'ordre est "économies ą tout prix, vos études on s'en fout".

Tout justifie donc que les étudiants se joignent ą la mobilisation de toute l'Éducation nationale. L'occasion nous en est donnée avec l'appel unitaire ą la manifestation pour jeudi: ne la manquons pas !

Tous ą la manifestation jeudi 16 mars ą 14 heures
place Edmond Rostand RER Luxembourg

pour un enseignement public de qualité ouvert ą tous,
pour le retrait de toutes les réformes Bayrou-AllŹgre du primaire au supérieur, pour le maintien du CAPES et de l'Agreg et le retour au moins au nombre de postes de 1996
pour un investissement financier massif
de l'État dans l'aide sociale étudiante